La restauration 2006

Jean-Louis Coignet

L’église Saint-Gabriel est située dans le XXe arrondissement de Paris, entre la Place de la Nation et la Porte de Vincennes. C’est une construction plutôt récente, comparée à la majorité des églises parisiennes, puisqu’elle fut consacrée en 1935. On doit son édification à un don de Madame Dumay, en mémoire à son défunt époux, Gabriel Dumay.

Un petit orgue de Cavaillé-Coll, dont on dit qu’il avait appartenu à Marcel Dupré avait été installé dans le bas-côté Ouest, avant la construction de l’orgue actuel.

Au début des années 1980, les autorités paroissiales confièrent au facteur Alcouffe la construction d’un nouvel orgue, situé dans le chevet. Quelques jeux de l’orgue existant furent ré-utilisés dans le nouvel orgue dont la construction fut achevée par les frères Steinmetz, facteurs d’orgue alsaciens. L’instrument fut inauguré en 1982. A cette époque il n’y avait pas d’anche de Pédale de 16’, ni de Cornet.

L’instrument présentait en outre de nombreux problèmes : le tirage des jeux n’était pas fiable, ce qui entrainait une grande difficulté pour l’accord de certains jeux, le vent était instable, la Soubasse de 16’ particulièrement sous-alimentée, etc. La Paroisse disposait en fait de moyens limités et la construction s’en ressentait. J’avais été réellement surpris; lorsque j’avais visité l’instrument, de la piètre facture de différents éléments. Malgré cela, l’instrument produisait néanmoins un son de qualité, grâce à sa position dans le chevet et à l’acoustique du lieu.

En 1983 une Bombarde de 16’ fut ajoutée à la Pédale grâce à un don de la Ville de Paris. (Il faut remarquer que l’église Saint-Gabriel n’appartient pas à la Ville de Pariscar elle a été construite après la promulgation de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat). Un jeu de Cornet III-V rangs fut ajouté un peu plus tard, grâce à un don privé.

L’orgue a fonctionné d’une façon plus ou moins satisfaisante durant de nombreuses années, grâce à de petite travaux, mais, le temps passant, il devenait de plus en plus évident qu’une restauration majeure devenait indispensable.

L’association « Les Amis de l’Orgue de Saint-Gabriel » fut fondée pour initier cette grande restauration, attirer l’attention des Parisiens et récolter des fonds. Après de nombreuses rencontres et discussions, la firme allemande Klais fut choisie pour effectuer une importante rénovation de la partie mécanique de l’instrument, électrifier le tirage des jeux et installer un combinateur. Pour la partie sonore, il fut décidé de conserver les meilleurs jeux existants et d’ajouter une Flûte Harmonique de 8’ au Grand-Orgue et un Hautbois 8’ au Récit. L’alimentation en vent a été refaite et la Soubasse 16’ a reçu une alimentation spécifique.

Les travaux ont été réalisés en 2006 et l’orgue magnifiquement inauguré par Yanka Hékimova au cours de deux splendides concerts les 21 et 22 octobre 1996.

Spécifications actuelles :

I Grand-Orgue  56 notes – 9 jeux

II Récit expressif  56  notes – 11 jeux

Pédale  30 notes – 5 jeux

Montre 8

Flûte à cheminée 8

Flûte harmonique 8*

Prestant 4

Doublette 2

Plein-Jeu 3 rangs

Fourniture 2 rangs

Cornet 5 rangs

Cromorne 8

* = jeux neufs

Principal 8

Bourdon 8

Flûte à cheminée 4

Quarte 2

Nasard 2 2/3

Tierce 1 3/5

Larigot 1 1/3

Cymbale 3 rangs

Basson 16

Trompette 8

Hautbois 8*

Soubasse 16

Flûte 8

Basse 4

Bombarde 16

Chalumeau 4

MIXTURES

Fourniture II

Plein-Jeu III

Cymbale III

Cornet III-V

C1    12    15

G2    8    12

G3    5    8

G4    1    5

C1    19    22    26

F2    15    19    22

F3    12    15    19

F4    8    12    15

C1    22    26    29

C2    19    22    26

C3    15    19    22

C4    12    15    19

C5    8    12    15

C1    12    15    17

C2    8    12    15    17

C3    1    8    12    15    17

CD

La photographie montre l’apparence simple de l’orgue : il n’y a pas de buffet à proprement parler, mais une façade en bois supportant les tuyaux de la Montre 8’ (en étain), de la Flûte 8’ de la Pédale (en cuivre) et de la Soubasse de 16’ (en bois). La console est « en fenêtre ».

Sur le plan sonore, cet instrument est beaucoup plus impressionnant que ces dimensions modestes laisseraient supposer, et la plupart des auditeurs sont très étonnés du volume du Plenum et du Tutti. Le Cornet et le Cromorne comptent parmi les jeux les plus raffinés de cet orgue. Grâce à l’adjonction de la Flûte Harmonique, le « fonds d’orgue » a gagné en grandeur et sonne d’une manière très convaincante dans le répertoire symphonique.

De très grands grands remerciements aux nombreuses personnes qui ont oeuvré sans compter leur temps et leurs efforts pour soutenir et mener à bien ce projet : le Père Roger Tanguy, curé de Saint-Gabriel, dont la détermination a été si importante, Yanka Hékimova, les membres de l’association et son Président, Rémy Dropsy, Philippe Klais et son équipe, qui ont travaillé dans des conditions difficiles, et à tous les amoureux de la musique et les paroissiens qui ont permis la réalisation de ce rêve.

Jean-Louis Coignet